Home A LA UNE [Focus] Le rappeur « Ashs The Best », « l’homme de l’année »

[Focus] Le rappeur « Ashs The Best », « l’homme de l’année »

by pape photoma

Il gagne, de jour en jour, le respect de ses pairs. Il se fait également un nom auprès du grand public. Ashs The best a gagné le titre de l’« artiste de l’année » lors des Galsen Hip Hop Awards 2020. Le jeune rappeur a su s’imposer comme l’une des révélations de cette année.

Au moment où le coronavirus fait plomber l’industrie musicale sénégalaise à cause des restrictions, un jeune artiste sort la tête de l’eau. Mieux, il marche sur l’eau.  Un vrai paradoxe. Ashs The best a illuminé la soirée des Galsen Hip Hop Awards en raflant la mise avec 3 distinctions à savoir artiste de l’année, meilleur EP (Ndlr : Millions Flows Deluxe sorti le 28 août dernier) et la révélation de l’année. Une année plein de succès. Une consécration logique selon l’artiste qui le met sur le compte d’un travail acharné avec son staff : « j’ai sorti deux projets en 9 mois, et entre les 9 mois, durant la période du couvre-feu, j’accompagnais les mélomanes avec les 40Ten Sessions, une série de 4 sons qui sortait par quinzaine. J’ai également 9 vidéos, 5 visualisers, artistiquement nous avons travaillé » avant d’ajouter que « ces distinctions sont tout à fait normales, et j’en suis fier comme toute personne dont on reconnaît ses sacrifices ».

Le projet musical de Ashs The best, c’est avant tout une histoire de famille. D’abord, celle d’un père qui est un ancien bassiste, Mady Thiaré, du mythique groupe sénégalais « Nominka Bi », le petit Arfang de son vrai nom idolâtre son père depuis son jeune âge. Il commence très vite à s’intéresser à la musique très tôt. Entre la musique et les études, son choix est vite fait. Il se penche vers sa véritable passion, la musique. Sa carrière démarre en 2013 lorsqu’il lance son premier single intitulé « Aduna ». Entre 2013 et 2015, Ashs The Best participe à plusieurs Cyphers et concerts ce qui lui vaut de jouer sur des scènes comme « La foire Civico Hip Hop » et le Festival Guédiawaye By Rap.

Un chanteur complet

Sa voix est tranchante, ses textes percutants comme un appel à vivre et à s’affranchir de nos pesanteurs. Ses chansons parlent d’amour et sonnent comme des injonctions douces à s’évader ou à philosopher sur des problèmes sociaux comme se tube « Ndogal » en featuring avec Dip sorti il y a un an. Ces textes sont teintés d’une mélancolie qui plonge le mélomane dans un autre univers sonore exceptionnel. Un univers singulier mélangeant le Hip Hop (Trap), le Blues, le Jazz, l’afro beat, le reggae ainsi qu’un esthétisme extrêmement léché, Ashs The Best y raconte son vécu, ses tourments et ses espoirs. L’espoir dans une vie de banlieusard parsemé d’embuches mais également de belles lueurs. Bref sa vie et son environnement. Le jeune rappeur de 25 ans confirme ici une maîtrise étonnamment précoce de son chant. Son explosion intervient en 2019. Année où il collabore avec le label Hik Hop Music et monte son propre label avec ses collaborateurs : Mind7. Ashs The Best sort son premier album la même année. Sa voix est éraillée et sa sensibilité à fleur de peau se sent à travers ses chansons. Avec ses grands yeux, ses dreadlocks et son teint noir foncé, ses titres aux forts accents introspectifs tels que Djar Djar et Problèmes dévoilent une personnalité forte qui n’a pas peur de dévoiler ses faiblesses.

Un chanteur complet

Sa voix est tranchante, ses textes percutants comme un appel à vivre et à s’affranchir de nos pesanteurs. Ses chansons parlent d’amour et sonnent comme des injonctions douces à s’évader ou à philosopher sur des problèmes sociaux comme se tube « Ndogal » en featuring avec Dip sorti il y a un an. Ces textes sont teintés d’une mélancolie qui plonge le mélomane dans un autre univers sonore exceptionnel. Un univers singulier mélangeant le Hip Hop (Trap), le Blues, le Jazz, l’afro beat, le reggae ainsi qu’un esthétisme extrêmement léché, Ashs The Best y raconte son vécu, ses tourments et ses espoirs. L’espoir dans une vie de banlieusard parsemé d’embuches mais également de belles lueurs. Bref sa vie et son environnement. Le jeune rappeur de 25 ans confirme ici une maîtrise étonnamment précoce de son chant. Son explosion intervient en 2019. Année où il collabore avec le label Hik Hop Music et monte son propre label avec ses collaborateurs : Mind7. Ashs The Best sort son premier album la même année. Sa voix est éraillée et sa sensibilité à fleur de peau se sent à travers ses chansons. Avec ses grands yeux, ses dreadlocks et son teint noir foncé, ses titres aux forts accents introspectifs tels que Djar Djar et Problèmes dévoilent une personnalité forte qui n’a pas peur de dévoiler ses faiblesses.

L’artiste est méticuleux et conscient que les clips restent un paramètre incontournable du succès d’un titre. Il a l’habitude de nous gratifier des clips beaux, émouvants, parfois violents ou bien poétiques. C’est le cas de son dernier clip qui a déjà atteint plus de 100 milles vues en un mois sur YouTube.

« Weetoon Naa » bientôt en ligne.

Dans cette foulée, il compte faire parler de lui dans les mois à venir car il précise que : « nous voulons bien en 2021 une tournée nationale et internationale. Déjà en janvier nous allons entamer une série de sons qu’on mettra sur les plateformes de téléchargement légal et de streaming. Les mélomanes et les fans pourront s’attendre à la sortie de deux projets qui seront des surprises». Pour lui, le travail vient juste de commencer mais à l’immédiat, il compte « en ces fêtes de fin d’année, mettre en ligne le son et la vidéo soundtrack sur la série Karma, Weetoon Naa ».

Avec ces consécrations, il nous donne un avant-gout de ce à quoi il pourrait ressembler ses prochains jours. Rap 221 qui est un média spécialisé en cultures urbaines au Sénégal lui a décerné le titre de l’homme de l’année. Abdou Khadre SECK

You may also like

Leave a Comment