Home A LA UNE Entretien avec le coordonnateur national des jeunes boucliers de la république : Amath Diouf balance ses missiles

Entretien avec le coordonnateur national des jeunes boucliers de la république : Amath Diouf balance ses missiles

by pape photoma

«Notre Parti a perdu beaucoup de ses vaillants militants et valeureux responsables à cause des combines et combinaisons sur fond de mensonges entretenus par certains proches du président de la Républiqu». C’est l’avis d’Amath Diouf, membre fondateur de l’Alliance pour la république, conseiller municipal à Fatick et coordonnateur national des jeunes boucliers de la République. Dans cet entretien avec ‘’Source A’’, il a tancé sans retenue la Task Force Républicaine (TFR) récemment portée sur les fonts baptismaux. Avant d’inviter Macky Sall à reprendre son Parti en main. 

‘’Source A’’ : Comment expliquez-vous le silence total de votre mouvement sur l’actualité nationale de ces derniers mois ?

Amath Diouf : Merci de votre invitation. C’est un réel plaisir de parler à votre journal qui fait un excellent travail.  Ceci dit, notre léthargie s’explique par la présence de la pandémie au Sénégal et partout dans le monde. J’en profite pour demander au Gouvernement d’alléger les mesures pour nos amis chrétiens, en ce mois de décembre.

Au sein des jeunes boucliers de la République, nous avons l’habitude de poser des actes d’envergure, mais compte tenu des mesures restrictives, nous ne pouvions que nous aligner et suspendre toutes formes d’activités, en entendant d’y voir plus clair. Par ailleurs, nous maintenons les échanges dans nos différents groupes WhatsApp, de façon continue et efficace.

‘’Source A’’: Vous êtes membre fondateur de l’Apr, quel est votre avis sur le dernier remaniement?

Amath Diouf : C’est toujours une bonne chose de changer l’équipe gouvernementale, après quelques années d’exercice. C’est de la respiration politique. Cependant, je digère mal les sorties de certains  ténors du Parti sans aucune explication. Ceux-là qui conseillent le président Sall ont tout faux dans la manière de procéder aux remplacements. L’Apr, notre Parti a perdu beaucoup de ses vaillants militants et valeureux  responsables à cause des combines et combinaisons, sur fond de mensonges entretenus par certains proches du président. Nous qui avons créé et installé le Parti partout dans tout le pays, sommes aujourd’hui les premiers frustrés.

Je n’irai pas loin. Je prends l’exemple sur moi-même. J’ai conduit comme tout le temps,  avec conviction,  la campagne électorale de la Présidentielles de Février  2019 dans son quartier y compris son centre de vote à  Peulgha, en tant que coordonnateur du Comité électoral. Pour votre information, j’ai accompagné le président Macky Sall depuis 1997, il ne m’a jamais offert l’occasion de m’exprimer ou d’étaler mes compétences.

‘’J’ai accompagné le président Macky Sall depuis 1997, il ne m’a jamais offert l’occasion de m’exprimer ou d’étaler mes compétences. Je n’ai jamais bénéficié d’arrêté ni de décret  et pendant tout ce temps, il récompense  des gens qui n’ont jamais mouillé le maillot à ses côtés voire nos adversaires d’hier’’

Je n’ai jamais bénéficié d’arrêté ni de décret  et pendant tout ce temps, il récompense  des gens qui n’ont jamais mouillé le maillot à ses côtés, voire nos adversaires d’hier. Notre frustration est justifiée à partir du moment où la personne pour qui nous travaillions n’a aucune once de reconnaissance pour notre combat.

Il ne fait que permuter les mêmes personnes sur différentes stations. Au nom de quoi ? Or, nous avons tous le même grade dans le Parti.

‘’À quoi bon de continuer à l’accompagner? Il (Ndlr : Macky Sall) préfère les autres et sa volonté semble largement partagée par un petit groupe de coquins logés au Palais présidentiel ayant un seul objectif : liquider les militants authentiques’’ 

À quoi bon de continuer à l’accompagner ? Il préfère les autres et sa volonté semble largement partagée par un petit groupe de coquins logés au Palais présidentiel ayant un seul objectif : liquider les militants authentiques. Nous ne l’accepterons pas et nous allons nous battre dedans ou dehors.

‘’Source A’’ : Pour vous, qui  sont ces gens au Palais présidentiel qui veulent liquider votre parti comme vous le dites et que pensez-vous de la nouvelle trouvaille du Président Macky pour défendre ses réalisations ?

Amath Diouf : Je citerai, sans détour, le Libano-sénégalais, Mahmout Saleh, qui, depuis son arrivée en tant que ministre directeur de Cabinet, a tout chamboulé. Du grotesque partout ! C’est le chaos total. Des responsables ministres-maires qui contrôlent politiquement leurs bases sont injustement écartés. Les militants de l’Apr, qui étaient au Conseil économique, social et environnemental, sont remplacés  par ceux d’autres Partis, des petits groupes créés pour déstabiliser des structures régulières du Parti. Et tout ça, au vu et au su de tous.

”Depuis son arrivée en tant que ministre directeur de Cabinet, le Libano-Sénégalais, Mahmout Saleh, a tout chamboulé” 

Malheureusement, personne ne dit mot. Chacun veut sauvegarder ses avantages. Mais il faut arrêter doyen Mahmoud. Je vois même la délégation des Sénégalais de l’Extérieur de la France et le robot blindé Gaston Mbengue se constituer en boucliers pour défendre le ridicule. N’y a-t-il pas le retour du Nouveau Parti dans notre Apr ? Le président  Macky Sall sait-il ce qui se passe réellement ? Mahmoud Saleh, le parti n’est son patrimoine. On ne peut pas vouloir aider le président et ériger en même temps un mur de fer entre lui et ses militants d’hier.

‘’Il faut arrêter Mahmoud Saleh. Je vois même la délégation des Sénégalais de l’Extérieur de la France et le robot blindé Gaston Mbengue se constituer en boucliers pour défendre le ridicule’’

Sur  la Task Force républicaine, j’ai déjà répondu. La TFR est aussi une trouvaille du Libano Sénégalais dont  le seul objectif est de contrôler une partie du Parti et je m’explique. Les coordonnateurs du  (Meer et de la Cojer) n’ont-ils pas d’autres choses à faire que de rester confinés dans un groupe, alors qu’ils gèrent des entités fondamentalement  importantes du Parti.

Le Ministre Mor Ngom n’est-il pas le secrétaire exécutif de la Coalition ‘’Benno Bok Yaakar’’ ? N’a-t-il pas autre chose à gérer pour le bon suivi de la Coalition que de faire de la  figuration dans un groupe ?  Concernant l’exubérant directeur général Pape Mahawa Diouf, est-il pertinent de le confiner dans un groupe de réflexion, alors qu’il pilote la haute communication de notre Coalition Benno?

Si l’existence de cette TFR s’avère obligatoire et chère à son initiateur trotskyste, pourquoi ne pas choisir d’autres profils dans le Parti qui seraient à-mêmes de se donner à fond pour la réussite des objectifs.  Un parti se gère par générosité. Il faut que les gens cessent de caporaliser tout autour d’eux. Je lance un appel au président Macky Sall de recadrer son Mahmoud Saleh dans les actes irréfléchis qu’il pose quotidiennement au grand dam du parti.

Il ne gère plus les affaires politiques. Il confond les rôles. Il n’est ni ministre directeur de cabinet politique, ni chef de cabinet du président de la République. Par ailleurs, je souhaite également le retour de tous dans l’exercice du pouvoir, après de longues années de lutte. Et que cessent les manœuvres de liquidation fraternelle.

‘’Je lance un appel au président Macky Sall de recadrer son Mahmoud Saleh dans les actes irréfléchis qu’il pose quotidiennement au grand dam du parti. Il ne gère plus les affaires politiques. Il confond les rôles. Il n’est ni ministre directeur de cabinet politique, ni chef de cabinet du président de la République’’

Je termine par dire au président Sall de faire confiance encore une fois à la jeunesse du Parti. Il y va de l’intérêt et de l’avenir de notre formation politique. Car, pour moi, lorsque le président Senghor parlait d’enracinement d’abord, puis, d’ouverture, il s’adressait à son troisième successeur, le président Macky Sall.

Entretien réalisé par Matar DIOUF, Correspondant  à Fatick

You may also like

Leave a Comment